« Oh Mon Dieu » nos petits anges ont un sexe !

Oh Mon Dieu !

Appelez la Police ! Révoltez-vous ! Défendez-vous ! Manifestez car vos enfants sont en danger ! Mais que fait le gouvernement à proposer des lois aussi stupides ?

Depuis le Jour de Colère, les médias se font chou-gras des centaines d’idées nauséabondes qui en sont sorties, faisant ainsi la promotion d’une multitude de rumeurs par un affichage bien plus intense. On ne croit plus aux médias conventionnels, on ne croit plus aux autorités officielles et on vient même à ne plus croire aux mots eux-mêmes. Dans ce merveilleux flou artistique, quelle ne serait pas la plus belle aubaine que d’intervenir en tant que « régulateur » et imposer ses propres idées ? Mieux, offrons au peuple ce qu’il désire et ce en quoi il croit encore : l’information de proximité.
Car en effet, le capital-confiance d’un proche est bien plus élevé que les médias et les organismes qui se trouvent au dessus de nous. J’ai toujours trouvé Mamie Murielle très juste quand elle me disait que « Les bougnoules transmettaient des maladies ».

Alors mettons un peu les choses au clair de ce gigantesque flou, offrons un peu d’analyse structurée qui, peut-être, permettra aux parents appeurés d’ouvrir les yeux sur la triste réalité : ils sont manipulés. Ils le savent déjà certainement et je ne nierais pas que les états et les gouvernements trouvent aussi leur compte de manipulation, mais ici ils se retrouvent manipulés par la Propagande 2.0 dont l’efficacité se résume en trois points : Choc, diffusion de proximité, média alternatif

Avant de commencer, quelques réactions des personnes atteintes par les médias alternatifs. Certains s’expriment bien, d’autres moins, cela démontre que « l’éducation » n’est pas un facteur de sélection. Il ne faut pas être plus bête qu’un autre pour se faire piéger.

Sans titre-4Sans titre-6
Sans titre-5
  Sans titre-7

1. La Propagande 2.0

Avec un titre racoleur et une écriture orientée et « investie », on a l’impression de lire l’opinion d’un instruit qui se veut proche de nous. De plus, on joue sur la nécessité de toucher aux choses qui choquent la quasi totalité de la population, de mettre en rapport deux mots que la pudeur nous empêche d’entrevoir ensemble : Sexe et Enfant
Ces mots font un échos immédiat vers des chocs émotifs dû aux nombreuses craintes vis à vis de la Pédophilie et des cercles privés qui s’y adonnent. Vous avez raison, ces cercles nauséabonds existent, ils discutent même en toute liberté sur internet via des méthodes basiques et intracables. Vous ne le voyez pas et vous en avez forcément peur, c’est comme l’obscurité, ce que l’on ne voit pas et qui n’entre pas dans notre sphère de contrôle devient effrayant.

Recentrons-nous sur le sujet avec les quelques articles de média alternatif qui évoquent le sujet. Vous dénoterez la méthode « Choc » dans le titre.
France : Nos écoles sont un danger pour nos enfants (issu du blog : Pour une nouvelle France non israeliser)
OMS : La masturbation pour tous à la maternelle (issu du média alternatif 24heure actu)
La sexualité selon l’OMS : planquez vos enfants ! (issu d’un média alternatif Boulevard Voltaire)

Comment ne pas être choqués par de pareil titres ?

Tout simplement en se posant une simple question, où est le lien vers le fameux texte de l’OMS ? Ce qu’on remarque c’est que le texte issu du blog, celui qui est le plus déformé de la réalité, est aussi celui qui est le plus partagé par les parents ultra-inquiets. Ce texte réfère à UNE source, la seconde que j’ai cité qui, elle-même, réfère à UNE source, la troisième. Mais cette troisième ne réfère à aucune source, pourquoi ?
N’allons pas crier au mensonge, le principe de la propagande est de s’articuler autour d’un fait réel, pas de l’inventer. Le rapport de l’OMS existe bien : Standards pour l’éducation sexuelle en Europe. De plus, les différents extraits que les deux médias alternatifs sont authentiques. Le problème, c’est l’interprétation et la réorientation qui en est faite, à se demander ce que recherchent réellement ces deux médias et qui peut bien se cacher derrière eux. Il me parait évident que des groupuscules d’influence sont forcément impliqués, sinon il serait impossible qu’il y ait une telle coordination des articles entre les médias sociaux.
En effet, l’information s’est retrouvée sur plus d’une 20 aine de blogs / média différents en moins de 2 heures, le 16 janvier. Et je n’ai pas terminé de les compter, un effet de masse suffisant (comme dans la pub) pour faire écran. Pour le vérifier, contentez vous de chercher les mots « La masturbation pour tous à la maternelle » sur google, vous aurez cette preuve.

Un choc, une diffusion massive… et programmée ?

La majorité des vecteurs de diffusions utilisés permettent à n’importe quel « membre » de diffuser un article. Il devient dès lors aisé pour les groupuscules de diffuser très massivement des messages sur base de faits. Nous sommes donc bel et bien dans de la propagande, de la manipulation à orientation politique.

Cependant, c’est généralement suffisant pour que cela soit retransmis sur les réseaux sociaux jusqu’à ce que vos proches le fassent. J’en suis persuadé, au moins une personne (si pas vous) a pu voir cette polémique sur facebook dernièrement. Ca a été le cas de nombreux autres sujets tels que l’antisionisme récurant, la traque aux complots, aux illuminatis, à la pédophilie. Dans certains cas il s’agit d’hoax facile à démenteler, mais dans des cas comme celui-ci il faut s’armer de beaucoup plus de patience. Il faut prendre son courage à deux mains et comprendre le texte européen

2. Ce qui fait peur

Pour se faire, je reprendrais les éléments évoqués dans les trois articles mentionnés plus haut, ce sont les trois articles phares qui ont « lancé » cette polémique et cette rumeur. D’ailleurs, le premier élément est bien la rumeur selon laquelle ce texte serait sur les bureaux du gouvernement. Et bien, oui, il est normal qu’un rapport de l’OMS parvienne sur les bureaux des gouvernements, cela ne signifie pour autant pas qu’il sera mis d’application au niveau des lois puisque le texte n’agit pas dans ce sens. Je répète, c’est un rapport et non un texte de loi. Sachez, cependant, que des standards d’éducation sexuelle existe déjà dans de nombreux autres pays et que la France est le SEUL PAYS à se confronter à cette polémique, dans toute l’Europe. Pourtant tous les pays de l’Europe ont bel et bien reçu ce texte de l’OMS. Or, cette forme d’éducation sexuelle est mise en pratique dans les écoles de l’Europe des 15 (pour dire que ça remonte) et donc les parents qui s’offusquent aujourd’hui ont pourtant été formé à l’éducation sexuelle.

La rumeur prétend également qu’un manuel d’éducation sexuelle serait mis à disposition pour les enfants de 4 à 8 ans (voir l’image à côté). Lisa und Jan est le nom de l’ouvrage dont sont tirées ces illustrations, il s’agit d’un ouvrage d’éducation sexuelle destiné aux parents ou professeurs confrontés à la sexualité précoce d’un enfant, un support qui leur permettrait d’aborder les sujets de la sexualité. Cette BD, daté de 2008, n’a aucun rapport avec le texte de l’OMS, il n’y est même pas mentionné. Il est donc vrai que ce manuel se retrouve sûrement dans quelques écoles allemandes, je trouve ça moins dérangeant que les cours d’éducations sexuelle (avec image réelle) auxquels j’ai eu droit à mes 13 ans.

Ensuite, la rumeur s’attaque à la si dérangeante Théorie du genre. C’est si beau de mettre des mots scientifiques pour nous dissocier d’une réalité. La « théorie du genre », c’est le fait de prendre connaissance de deux choses. Le sexe (biologique) est dissocié du genre (social). Un homme l’est pour ses attributs biologiques, la différence hormonale (pouvant légitimer scientifiquement certaines choses) n’apparaissant qu’au moment de la puberté. Le genre, lui, est instruit et inculqué par les parents, l’école, la société, la télévision. Pour bien comprendre, mieux vaut un dessin !

La peur va aussi vers l’idée que l’état cherche à tout contrôler et tout guider. Je n’ai aucun élément pour dire que ce soit une idée fausse, cependant, une chose est sûre. Avec les outils modernes que nous connaissons et la performance des sciences et de l’apprentissage, on sait qu’aujourd’hui plus que jamais, l’individu est libre de ses choix et de ses décisions. De plus, si une loi déplait à la majorité, elle peut être combattue. Le fait que le gouvernement Français ne parle même pas au public de cette loi démontre qu’elle n’est pas en cours de discussions. Je rappelle que ces décisions sont publiques (vous savez, le Sénat, cette belle pièce de théâtre !) Or, si les rumeurs disaient vrai quant à l’élaboration de cette loi, celle-ci deviendrait caduque dès sa mise en fonction car elle ne respecterait pas la Constitution. Ce serait quand même bien stupide de cacher la mise en place d’une telle loi pour se la faire retirer aussitôt, non ? Le Grand Complot serait-il stupide à ce point aux yeux des conspirationnistes ?

Outre le fait de s’attaquer à la théorie du genre, on en vient à s’attaquer aux principes de l’éducation mis en place en 1932. On en vient à prétendre qu’il faut revenir en arrière, que le 19ème siècle avait tout d’un exemple de perfection au niveau de l’éducation. Je ne crois pas nécessaire de décrédibiliser ces propos, ils le font d’eux-mêmes.

Comprenez bien une chose, le monde avance, le monde évolue. Il serait plus utile d’utiliser ses forces pour canaliser cette évolution de manière efficace. L’évolution se fait par l’innovation et la création, pas par la censure ou la suppression.

3. Décryptage du contenu

Interressons-nous alors au contenu réel de ce rapport de l’OMS, un rapport qui vise à normaliser (d’établir une norme européenne) un concept déjà mis en place dans la majorité des pays de l’Europe. Je vous invite à parcourir le texte avec moi si vous êtes inquiets et souhaitez vous informer. Si vous ne faites pas partie de cette catégorie, c’est que votre opinion est déjà forgée et qu’elle restera inchangée. Vous trouverez des articles de vulgarisation et de décryptage dans les médias « officiels »(ici et par exemple), pour ma part je me contenterais de relever certains points en les confrontant à ceux évoqués dans les médias alternatifs.

Pour commencer, une expérience simple qui se base sur les mots, comptons !

Le fer de lance que l’on retrouve dans le titres des médias alternatifs, c’est le mot « masturbation », la sexualisation, la mise en avant du sexe.
Dans le rapport, on retrouve 7 mots relatifs au fait de se masturber.
14 mots relatifs concernant la notion du plaisir.
45 mots relatifs au concept de l’amour.
75 mots relatifs à la Santé. (rappelons que c’est l’OMS, c’est donc logique)
82 mots relatifs au sexe ou la sexualité. (rappelons que le sujet est celui de l’éducation sexuelle)
Plus de 170 mots relatifs à l’éducation. (c’est le sujet, j’ai perdu le compte après 150 environ)

Cette simple recherche par occurrence de mots est rassurante. L’inquiétude première en rapport avec la masturbation n’apparait que dans une explication et une vulgarisation de la découverte corporelle que font naturellement les enfants. Quel parent n’a pas entendu son fils (aîné, les cadet l’apprennent par leur frère ou soeur plus âgée en général) demander pourquoi son zizi était tout dur et faisait mal ? Ou que ça lui faisait des chatouilles amusantes ? J’ai une pléthore de témoignage à ce sujet, ouvrez les yeux car vos enfants sont peut-être vos petits anges mais ils sont aussi des êtres humains.

La peur de la nouveauté rend réticent vis à vis de cette idée de Norme Européenne. Cela n’a pourtant rien de neuf, l’éducation sexuelle a commencé officiellement en Suède dans les écoles en 1955, des individus qui sont donc potentiellement grand-parent là-bas. Ce pays possède, comme ses voisins scandinaves, l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. AU MONDE. L’éducation sexuelle a ensuite été introduite dans la totalité des pays d’europe occidentale (europe des 15 pour vous souvenir des cours de géo) et était obligatoire. Elle a été introduite de manière obligatoire en France début 90, ce qui signifie que la génération trentenaire a déjà connu ça. Si vous avez peur, demandez à vos parents si votre éducation a fait de vous un déviant sexuel. Ainsi, ce texte propose un échange entre pays sur les différents systèmes d’éducation afin d’établir une norme éducative de base qui respecte le Droit à l’Information des enfants. (Voir Droits des Enfants)

La peur dénonce aussi l’information donnée aux enfants sur la masturbation, le plaisir, la découverte de son corps, la prise de conscience des maladies sexuellement transmissibles, les comportements sexuels, la masturbation. Cette norme fait écho à une réalité. La masturbation enfantine existe et il faut être en mesure d’informer l’enfant sur ce qu’il fait, car comme dans tous domaines un enfant peut être précoce. Dans le document, on voit très clairement ces éléments situés dans la partie « information ». Il y a une nuance entre informer et apprendre à faire. Le problème, ici, c’est que si l’enfant n’est pas informé, il trouvera très vite des informations par d’autres procédés tels que les réseaux pornographiques ET pédophiles. Vos enfants sont capables d’utiliser une tablette ? Ils peuvent donc y avoir accès. Préférez leur offrir une information correcte plutôt qu’une version idéalisée, ou pire, une version ultra-sexualisée qu’il trouverait par eux-mêmes.

Pour conclure ce court décryptage, je vous inviterais à vous concentrer sur la lecture des quelques tableaux proposés et vous verrez par vous-mêmes ce qui a été volontairement omis par ces médias alternatifs.

En les lisant, vous recevez effectivement une information autrement.

Les enfants, quant à eux, ne s’empêcheront pas de poser des questions et chercher à comprendre. 🙂

« Okay, on a enlevé nos vêtements, je suis monté sur toi…
Et il faut attendre combien de temps pour qu’on se sente bien ? »
« Je sais pas mais j’ai déjà mal à la tête ! »

Une réflexion sur “« Oh Mon Dieu » nos petits anges ont un sexe !

  1. Excellent, bravo pour cette remise à leur place d’informations détournées par des gens ‘auto proclamés bien pensants’ pour manipuler ceux qui croient vouloir vraiment bien penser et en tombent victimes trop facilement !

    Il reste toutefois une autre notion présente dans le texte de l’OMS, et qui me semble importante, qui est cependant absente.

    Le fait que la santé (en général, et donc aussi au niveau sexuel) est un état de ‘bien être physique mais aussi psychique et environnemental’.

    Donc que l’éducation sexuelle permettant de guider les enfants vers une acceptation de leur corps (et comme il dit ici informer n’est pas du tout la même chose qu’apprendre à faire!) c’est les aider à être épanouis ‘bien dans leur peau et dans leur tête’, donc ‘en bonne santé’… quand au contraire, cacher en secret et diaboliser les choses, c’est les rendre taboues, donc sales, donc honteuses…ce qui conduit à de nombreux mal-être psychiques, et donc s’avère nuisible à l’enfant et à sa santé.
    Cela peut entraîner de nombreuses névroses et failles de l’estime de soi car l’enfant qui découvrirait par lui-même le plaisir serait immédiatement confronté au préjugé inculqué par la société ‘c’est le MAL’. …et entre ses propres intuitions et instincts (il est un être humain capable de ressentir et de VOULOIR du plaisir) et les freins de culpabilité mis en lui comme des chaînes par une éducation trop stricte, il sera déchiré, car les deux extrêmes contradictoires seront d’égale importance pour lui.

    …une extrapolation simple et bien connue, ensuite, c’est qu’une personnalité ‘scindée’ entre des ‘pulsions naturelles et biologiques’ et la ‘culpabilité culturelle de ne pas les suivre’ peut aboutir à une destruction-même de l’individu, soit lui-même seul (mésestime de soi, culpabilité, dépression pouvant aller jusqu’au suicide) ou en entraînant une partie de la société avec lui (c’est le cas extrême des tueurs en série)

    Sans aller jusqu’à cet extrême (pourtant bien dangereux à la société et l’exemple typique de rupture/brisure de sa propre personnalité entre des extrêmes inconciliables, souvent d’origine sexuelle pour les pulsions, et d’origine ‘trop drastiquement morale’ et manichéenne pour les interdits et le jugement entraînant les culpabilités), mais plus simplement… ce genre de névrose et de mal être par trop d’interdits ou de tabous, ou trop de jugement dans l’enfance, c’est déjà ce qui permet juste l’émergence de la haine et de l’intolérance.
    En effet les gens privés de leurs libertés de choix et d’opinions étant bien souvent ceux qui en grandissant avec cette névrose et réprimant trop ce que leur éducation leur inculque comme ‘MAL MAL MAL’ mais que leur nature voudrait bien avoir, sont ceux qui s’opposent lu plus violemment à la différence et aux libertés d’autrui. Pas consciemment par vengeance, mais par des mécanismes psychologiques très simples, par vengeance inconsciente malgré tout, transformant leur propre frustration de liberté en une croisade à refuser toute liberté d’autrui, qui sortirait du cadre de ce qu’on leur a si fortement inculqué comme étant ‘la SEULE VÉRITÉ’ ou ‘la SEULE FAÇON BIEN’.

    Alors attention, je ne dis pas DU TOUT que les homophobes sont des homos refoulés, bien au contraire.
    Je dis que CERTAINS homophobes sont ptêt bien des homos refoulés et frustrés, élévés dans la haine de leurs propres penchants au point de ne même pas supporter l’idées que d’autres puissent avoir ces penchants et les vivre librement.
    Je dis que BEAUCOUP sans doute d’homophobes sont ptêt simplement des gens qui ont été privés de chocolat ou de glaces ou de bonbons ou de train miniature, à un âge où pour eux ça avait une ‘importance vitale d’avoir cette liberté’, mais qu’on le leur a interdit en étant si sévèrement strict qu’ils ont développés un noyau de frustration, et sans doute de nombreuses frustrations… qui les rendent purement et simplement jaloux, une fois adultes, de ceux qui peuvent se battre et assumer et afficher leurs libertés, et refusent que la société leur impose délibérément des frustrations injustes, que ce soient les mêmes que celles vécues, ou que c’en soient d’autres.
    Je dis que des gens sexuellement violents seront souvent des gens qui auront été élevés dans l’idée que ‘le sexe c’est MAL’ et qui lorsqu’ils cèdent à leurs instincts, transgressant donc ‘la règle de ce qui est BIEN ou MAL’, n’ont pas de limites à leurs transgressions, puisque ‘du moment qu’ils enfreignent leur règle de ‘perfection méritant les louages du paradis’, psychologiquement, tout contrôle est déjà oublié, tout respect pour l’autre…mais surtout tout respect pour eux-mêmes.

    Alors que ‘juste savoir que le sexe ça existe et que les grands aiment ça, et qu’un jour, en grandissant, il aimera ça, et que quoi qu’il aime, personne n’a le droit de le juger, même si c’est différent’, eh bien ça forme un individu, homme ou femme, qui adulte saura SE RESPECTER, et de là, sera capable de respecter autrui.

    Si seulement avant de brandir les étendards ‘moraux’ de ‘BIEN’ et de ‘MAL’ ceux qui se réclament de ‘LA seule et unique vérité’ pouvaient se demander si la définition de ce qui est ‘bien’, au lieu de se limiter à juste des ‘il faut et il ne faut pas’, pouvait être de voir si l’individu lui-même, ainsi que ceux auprès de qui il sera dans la société, s’en sentira lui (ou elle) bien ou non!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s